Voyage Immobile – Le Japon

 Une échappée au pays du soleil Levant

18 février 2021       De 20h15 à 21h45      Inscription Gratuite     Contribution Libre       Événement en ligne

Marcel Proust a un jour dit : “le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à voir avec de nouveaux yeux” ! Avec Voyages d’un Soir, offrez-vous une nouvelle paire de lunettes qui vous fera voir le Japon sous un angle nouveau.

Entre le Japon rural et urbain, entre la terre nippone ancestrale et la modernité qui la caractérise de plus en plus, nous vous suggérons un fil rouge : la formation des Geishas. Surprenant, n’est-ce pas ? Ces femmes emblématiques, qui divertissent l’esprit (et non le corps contrairement aux représentations communes), illustrent les multiples facettes de la culture nippone.

Et pour vous en parler, ce n’est autre que Régis Defurnaux, qui figure parmi les seuls photographes non-japonais au monde autorisés à suivre la formation des Geishas. Invité permanent d’une maison de thé à Kyoto, il saura vous transporter par sa poésie et l’amour qu’il porte pour ce pays qui fait partie intégrante de sa vie depuis plus d’une décennie.

Votre soirée en quelques mots

Le fil rouge, la formation des Geishas

Les Geishas incarnent le Japon. Les comprendre, c’est accéder aux nombreux aspects de la culture japonaise comme par exemple son esthétique, ses relations sociales, sa manière de vivre les espaces, l’attachement aux rites saisonniers, … Complexes et déroutantes, les Geishas nous transportent aux origines animistes de la société japonaise. Signes d’une époque qui s’estompe, les Geishas n’entretiennent l’opposition tradition – modernité que dans l’esprit des occidentaux. 

Au contraire, par le modèle d’indépendance qu’elles incarnent et leur participation à la vie publique et aux rites, elles vivifient la question des genres et se positionnent aux avant-postes du 21eme siècle. S’initier à leurs regards, c’est découvrir la culture japonaise sous un angle surprenant et inattendu.

Avec une perspective d’anthropologie visuelle, Régis Defurnaux, traversera les nombreux stéréotypes liés à la culture japonaise afin de rendre hommage au mystère de ces femmes artistes qui nous font voir et penser autrement. Invité permanent d’une maison de thé à Kyoto, il nous proposera une lecture originale de ce pays fascinant au travers du dévoilement raisonné de quelques facettes de l’existence de ces femmes contemporaines méconnues.

Votre orateur, Régis Defurnaux

Pour la première édition de Voyages d’un Soir, nous avons déniché un conférencier d’exception !

Photoreporter, Régis Defurnaux parcourt le monde et utilise ses compétences d’historien et de philosophe tantôt pour déconstruire les stéréotypes occidentaux, tantôt pour permettre d’apercevoir d’autres réalités insoupçonnées. De la vie des miniers de Mongolie, aux nomades Kazakhs, des rebelles Kurdes Komala d’Iran aux religieuses des hauts plateaux tibétains, Régis Defurnaux défend les identités culturelles que la modernité menace.

Ses voyages l’ont rapidement amené au Japon, où il a passé plusieurs années de sa vie entre 2009 et 2015. Il est un des seuls occidentaux au mondes autorisé à suivre les Geishas dans leur formation. C’est avec délicatesse et poésie qu’il transmet ses apprentissages dans son livre “Maiko no hikari – apprenties Geisha” (éditions Le Bec en l’Air).

Ses travaux, reconnu par la European Press Agency d’Osaka,  Photographes du Monde, People in Need, Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, United Nations Offices de Mongolie, National Center Against Domestic Violence, Musée du Quai Branly, United Nations Fund for Population Activities-UNFPA, l’Unicef, et l’Ambassade de France en Mongolie, parmis tant d’autres,  ont été exposés au Palais des Expositions de Montréal, à l’Institut National d’Histoire de l’Art de Paris, à l’Ecole du Louvre, au Centre Culturel de l’Ambassade japonaise de Belgique, à l’Ambassade de France de Dushanbe et à la Galerie Leica de Lille.

Aperçu de votre soirée

1. Le fil rouge, la formation des Geishas

Les Geishas incarnent le Japon. Les comprendre, c’est accéder aux nombreux aspects de la culture japonaise comme par exemple son esthétique, ses relations sociales, sa manière de vivre les espaces, l’attachement aux rites saisonniers, …

Complexes et déroutantes, les Geishas nous transportent aux origines animistes de la société japonaise. Signes d’une époque qui s’estompe, les Geishas n’entretiennent l’opposition tradition – modernité que dans l’esprit des occidentaux. 

Au contraire, par le modèle d’indépendance qu’elles incarnent et leur participation à la vie publique et aux rites, elles vivifient la question des genres et se positionnent aux avant-postes du 21eme siècle. S’initier à leurs regards, c’est découvrir la culture japonaise sous un angle surprenant et inattendu.

Avec une perspective d’anthropologie visuelle, Régis Defurnaux, traversera les nombreux stéréotypes liés à la culture japonaise afin de rendre hommage au mystère de ces femmes artistes qui nous font voir et penser autrement. Invité permanent d’une maison de thé à Kyoto, il nous proposera une lecture originale de ce pays fascinant au travers du dévoilement raisonné de quelques facettes de l’existence de ces femmes contemporaines méconnues.

 

2. Votre orateur, Régis Defurnaux

Pour la première édition de Voyages d’un Soir, nous avons déniché un conférencier d’exception ! Photoreporter, Régis Defurnaux parcourt le monde et utilise ses compétences d’historien et de philosophe tantôt pour déconstruire les stéréotypes occidentaux, tantôt pour permettre d’apercevoir d’autres réalités insoupçonnées.

De la vie des miniers de Mongolie, aux nomades Kazakhs, des rebelles Kurdes Komala d’Iran aux religieuses des hauts plateaux tibétains, Régis Defurnaux défend les identités culturelles que la modernité menace.

Ses voyages l’ont rapidement amené au Japon, où il a passé plusieurs années de sa vie entre 2009 et 2015. Il est un des seuls occidentaux au monde autorisés à suivre les Geishas dans leur formation. C’est avec délicatesse et poésie qu’il transmet ses apprentissages dans son livre “Maiko no hikari – apprenties Geisha” (éditions Le Bec en l’Air).

Ses travaux, reconnu par la European Press Agency d’Osaka,  Photographes du Monde, People in Need, Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, United Nations Offices de Mongolie, National Center Against Domestic Violence, Musée du Quai Branly, United Nations Fund for Population Activities-UNFPA, l’Unicef, et l’Ambassade de France en Mongolie, parmis tant d’autres,  ont été exposés au Palais des Expositions de Montréal, à l’Institut National d’Histoire de l’Art de Paris, à l’Ecole du Louvre, au Centre Culturel de l’Ambassade japonaise de Belgique, à l’Ambassade de France de Dushanbe et à la Galerie Leica de Lille.

 

Infos pratiques

E-conférence suivie d’une séance de questions-réponses interactive

Date : jeudi 18 février 2021

Horaire : de 20h15 à 21h45

Plateforme : Zoom

Inscription gratuite – Contribution Libre

Inscrivez-vous dès maintenant

Nombre de places limitées