Voyage accompagné avec Régis Defurnaux

Le Japon autrement

À partir de 3 690€/pers.        12 jours / 10 nuits        8 participants max.        Hôtels 3        Vols non inclus

Le Japon autrement

Voyage accompagné en groupe

Dès 3 690 €/pers – 12 jours

 

Voyage Accompagné au Japon

  • Circuit : 12 jours/ 10 nuits
  • Groupe : 4 à 8 participants max.
  • Hébergements : Hôtels 3
  • Dès 3 690 € par pers ( tarif hors vols internationaux)
  • Possibilités d’inclure les vols internationaux et de privatiser le voyage

« Voyager à nouveau, nous en rêvons tous ! Après ces longs confinements, nous vous invitons pour une évasion, une ouverture unique sur un autre monde, une découverte faite d’expériences, de ravissements et de plaisirs simples. 

Le Japon autrement est le voyage accompagné que nous vous proposons de vivre. Ce circuit organisé en groupe a été créé avec à l’esprit cette philosophie de la rencontre – des rencontres simples, sincères et intelligentes avec le Japon. Ce voyage accompagné va vous séduire par son mélange de proximité et de profondeur, et un déroulé qui laisse autant la place à la légèreté nécessaire au voyageur qu’aux connaissances partagées par votre guide pour en savoir plus sur ce pays fascinant.   

Tout au long de notre voyage accompagné, nous prendrons le temps pour rencontrer « les différents Japon » et nous rencontrer car tout voyage est aussi l’occasion d’un dialogue avec soi-même. Sans courir d’une ville à une autre, nous allons nous inscrire à Kyoto puis à Tokyo, avec un programme dense plutôt qu’un programme intense qui ne serait fait que de prouesses logistiques. De cette densité, nous allons extraire la beauté, le quotidien, l’histoire et les réalités d’un Japon contemporain qui a su conserver ses traditions tout en créant les technologies les plus avancées. »

Régis Defurnaux – votre accompagnateur pour ce voyage au Japon

Les points forts

  • Régis Defurnaux, votre guide conférencier est un des rares anthropologues occidentaux autorisé à suivre la formation des Geishas.
  • Un circuit qui prend le temps de s’imprégner de la culture japonaise, aux antipodes des voyages minutés.
  • Un itinéraire qui inclut les principaux incontournables et des expériences insolites (onsens, dîner dans le gratte-ciel Skytree de Tokyo…)
  • Nombre de participants limité à 8 pour favoriser les rencontres et la cohésion du groupe.

Philosophie du voyage

2. Philosophie du voyage

«Voyager à nouveau, nous en rêvons tous ! Après ces longs confinements, nous vous invitons pour une évasion, une ouverture unique sur un autre monde, une découverte faite d’expériences, de ravissements et de plaisirs simples.

Un Automne au Japon est le voyage accompagné que nous proposons de vivre. Ce circuit organisé en groupe a été créé avec à l’esprit cette philosophie de la rencontre – des rencontres simples, sincères et intelligentes avec le Japon. Ce voyage accompagné va vous séduire par son mélange de proximité et de profondeur. Le déroulé du circuit laisse autant la place à la légèreté nécessaire au voyageur qu’aux connaissances partagées par votre guide pour en savoir plus sur ce pays fascinant.

Tout au long de notre voyage accompagné, nous prendrons le temps pour rencontrer « les différents Japon » et nous rencontrer car tout voyage est aussi l’occasion d’un dialogue avec soi-même. Sans courir d’une ville à une autre, nous allons nous inscrire à Kyoto puis à Tokyo, avec un programme dense plutôt qu’un programme intense qui ne serait fait que de prouesses logistiques. De cette densité, nous allons extraire la beauté, le quotidien, l’histoire et les réalités d’un Japon contemporain qui a su conserver ses traditions tout en créant les technologies les plus avancées.»

Régis Defurnaux – votre accompagnateur pour ce voyage au Japon

3. Période de départ

Printemps 2023

  • Du ven. 5 au mar. 16 mai 2023 (inscrip. ouvertes)
  • Du mer. 17 au dim. 28 mai 2023 (inscrip. ouvertes)
    Pourquoi partir en mai ?

    Le mois de mai est le plus agréable pour vivre le printemps au Japon. Les températures sont douces – autour des 20° à 23° – et les lumières qui les accompagnent sont chaudes et tendent déjà vers le jaune paille de l’été. Un dicton japonais dit d’ailleurs que « les pluies d’avril font sortir de leur torpeur les fleurs de mai ». Et en effet, en mai, le végétal s’est complètement éveillé et entame sa reconquête de l’archipel. Les fleurs sont ouvertes partout où nous allons. Elles dominent. L’iris et la glycine sont à l’apogée de leurs charmes et parfums. Le vert s’intensifie en un vert printanier resplendissant. Tout est intense. On peut y sentir la force de la nature japonaise à l’oeuvre.

    En mai, différents festivals prennent place à Kyoto (et à Tokyo) dont le célèbre Yabusame Shinji que nous pouvons observer au temple de Shimogamo ou Kamigamo, avec ses chevaux lancés à toute allure et un archer debout décochant trois flèches dans un rituel impressionnant. Ce rituel fait partie des processions purificatrices du printemps nommées Aoi Matsuri. Chaque quartier le célèbre à sa façon et nous y participons au quotidien. L’un des moments importants de ce rituel étant la procession historique le long de l’ancien palais impérial avec des costumes de l’époque Heian.

    Le mois de mai ce sont également les spectacles de danse des apprenties Geisha, les Maiko. Ces danses débutent fin avril pour se clore fin mai. Chacun des quartiers de Geisha proposent des spectacles de danses colorées qui nous transportent aux origines rurales, courtisanes et shamarniques du monde des Geisha: Miyako Odori, Kyo Odori ou le Kitano Odori. Ces danses sont accompagnées par des musiciennes qui nous ouvrent les portes à une musique de cour rare, intemporelle, faite de raffinements pentatoniques.

    A la différence du mois d’avril, tous les sites que nous visitons sont calmes et paisibles. Tout miser sur la floraison des cerisiers fin mars début avril nous semble délicat. D’autant qu’avec le changement climatique, il est fréquent que ce phénomène très aléatoire ne donne pas grand chose et qu’on se trompe largement dans son agenda. Il m’est arrivé un soir à Tokyo de voir le début de la floraison des cerisiers qu’une pluie matinale a complètement défait le lendemain matin.

    Pour toutes ces raisons, nous vous proposons résolument de vivre le printemps au Japon au mois de mai. Si la nature japonaise est une « belle endormie » comme dans le romain de Yasunari Kawabata, pourquoi la regarder à moitié éveillée en avril quand on peut la contempler belle, entourée et conquérante au mois de mai…

    Automne 2023

    • Du mer. 11 au dim. 22 octobre 2023 (inscrip. ouvertes)
    Pourquoi partir en octobre ?

    Les températures redeviennent douces après les feux de l’été. La moiteur est remplacée par la fraîcheur, délicieuse comme le chant d’un ruisseau au petit matin. Nous découvrons des ambiances qui conservent la brillance et l’éclat de l’été. En octobre, la nature du Japon se repose et reprend son souffle après avoir fait croître le riz nourricier: la récolte (ikenari) peut commencer, l’archipel est apaisé. Les festivals et rituels dirigent la société vers la fin de l’année avec splendeur, couleurs et costumes. Tous ces mondes en petit se préparent à l’hiver, on quémande la protection des dieux dans les temples, on remercie pour les bonnes cultures, on savoure l’instant. L’automne au Japon, c’est la satisfaction de l’été.

    En octobre, différents festivals prennent place à Kyoto (et à Tokyo) dont le célèbre Awata Taisai que nous pouvons observer à Higashiyama. Cette procession transporte la divinité des lieux dans un omikoshi (autel portable) jusqu’à la rivière Shirakawa avant de revenir au temple, entourée (fait rare) de moines bouddhistes et de prêtres Shinto. Le plus spectaculaire des matsuri (festival-rituel), le Kasage Shinji, un rituel qui remonte au 6ème siècle, se déploie à toute vitesse dans le temple de Kamigamo. Ce rituel d’archerie équestre impressionne par l’agilité des cavaliers, la dimension spirituelle de chaque flèche et la folie raisonnable qu’il faut pour lancer sa monture ainsi sur une ligne étroite de graviers. Un peu partout, Octobre est un mois de célébrations du temps qui passe et des époques révolues que de nombreux japonaises et japonais font revivre avec une précision et une dévotion qui forcent l’admiration et déclenchent inévitablement l’émerveillement. Le mois d’Octobre ce sont également les spectacles de danse des apprenties Geisha, les Maiko. Ces danses colorées nous transportent aux origines rurales, courtisanes et shamarniques du monde des Geisha. Ces performances artistiques sont accompagnées par des musiciennes qui nous ouvrent les portes à une musique de cour rare, intemporelle, faite de raffinements pentatoniques.

    A Tokyo, deux événements retiennent notre attention, le festival de théâtre Noh dans les superbes jardins Shinjuku Gyoen, où des pièces sont jouées le soir sur des scènes décorées de torches enflammées – Shakespeare s’y serait régalé. Et la fête d’Halloween -of course- qui s’impose à la mégalopole pendant tout le mois, avec son lot d’excentricités et d’oranges mécaniques, le tout dans un métissage délirant avec la culture manga et cosplay.

    Pour toutes ces raisons, nous vous proposons résolument de vivre l’automne au Japon en octobre. Car si le Japon s’installe paisiblement au pied d’un arbre début octobre, c’est pour contempler ce qui a été accompli pendant l’été. Et nous serons à ses cotés, à l’écoute, les yeux grand ouverts.

    Le guide-conférencier

    Votre guide conférencier, Régis Defurnaux, connaît et aime le Japon pour y avoir séjourné à chaque saison ces dix dernières années, tantôt menant une recherche doctorale et enseignant à l’Université de Kyoto, tantôt comme photographe documentaire publiant des articles et un livre sur le monde méconnu des Geisha.

    Il parle la langue, connaît les lieux pour les avoir vécus, et vous ouvrira les portes des endroits qui dévoilent un peu de la magie du Japon. Il sera attentif à vos besoins, entourant vos coups de coeur, encourageant vos découvertes grâce à la somme de ses connaissances historiques et anthropologiques et l’ensemble de ses expériences dans le pays. Régis est le parfait accompagnateur pour un voyage organisé au Japon

    Votre guide conférencier, Régis Defurnaux, connaît et aime le Japon pour y avoir séjourné à chaque saison ces dix dernières années...

    … tantôt menant une recherche doctorale et enseignant à l’Université de Kyoto, tantôt comme photographe documentaire publiant des articles et un livre sur le monde méconnu des Geisha.

     Voyages d'un Soir - ©️ Régis Defurnaux

    Il parle la langue, connaît les lieux pour les avoir vécus, et vous ouvrira les portes des endroits qui dévoilent un peu de la magie du Japon. Il sera attentif à vos besoins, entourant vos coups de coeur, encourageant vos découvertes grâce à la somme de ses connaissances historiques et anthropologiques et l’ensemble de ses expériences dans le pays.  Régis est le parfait accompagnateur pour un voyage organisé au Japon.

    Itinéraire de votre voyage accompagné au Japon

    Prochains Départs

    Des départs en Automne & Printemps, au moment où le pays entier se pare de ses plus belles couleurs.

    Départs au Printemps :
    • Du vendredi 5 au mardi 16 mai 2023 (inscriptions ouvertes)
    • Du mercredi 17 au dimanche 28 mai 2023 (inscriptions ouvertes)
    Pourquoi partir en mai ?

    Le mois de mai est le plus agréable pour vivre le printemps au Japon.
    Les températures sont douces – autour des 20° à 23° – et les lumières qui les
    accompagnent sont chaudes et tendent déjà vers le jaune paille de l’été. Un dicton
    japonais dit d’ailleurs que « les pluies d’avril font sortir de leur torpeur les fleurs de mai ».
    Et en effet, en mai, le végétal s’est complètement éveillé et entame sa reconquête de
    l’archipel. Les fleurs sont ouvertes partout où nous allons. Elles dominent. L’iris et la
    glycine sont à l’apogée de leurs charmes et parfums. Le vert s’intensifie en un vert
    printanier resplendissant. Tout est intense. On peut y sentir la force de la nature japonaise
    à l’oeuvre.

    En mai, différents festivals prennent place à Kyoto (et à Tokyo) dont le célèbre
    Yabusame Shinji que nous pouvons observer au temple de Shimogamo ou Kamigamo,
    avec ses chevaux lancés à toute allure et un archer debout décochant trois flèches dans
    un rituel impressionnant. Ce rituel fait partie des processions purificatrices du printemps
    nommées Aoi Matsuri. Chaque quartier le célèbre à sa façon et nous y participons au
    quotidien. L’un des moments importants de ce rituel étant la procession historique le long
    de l’ancien palais impérial avec des costumes de l’époque Heian.

    Le mois de mai ce sont également les spectacles de danse des apprenties Geisha,
    les Maiko. Ces danses débutent fin avril pour se clore fin mai. Chacun des quartiers de
    Geisha proposent des spectacles de danses colorées qui nous transportent aux origines
    rurales, courtisanes et shamarniques du monde des Geisha: Miyako Odori, Kyo Odori ou
    le Kitano Odori. Ces danses sont accompagnées par des musiciennes qui nous ouvrent
    les portes à une musique de cour rare, intemporelle, faite de raffinements pentatoniques.

    A la différence du mois d’avril, tous les sites que nous visitons sont calmes et
    paisibles. Tout miser sur la floraison des cerisiers fin mars début avril nous semble délicat.
    D’autant qu’avec le changement climatique, il est fréquent que ce phénomène très
    aléatoire ne donne pas grand chose et qu’on se trompe largement dans son agenda. Il
    m’est arrivé un soir à Tokyo de voir le début de la floraison des cerisiers qu’une pluie
    matinale a complètement défait le lendemain matin.

    Pour toutes ces raisons, nous vous proposons résolument de vivre le printemps au
    Japon au mois de mai. Si la nature japonaise est une « belle endormie » comme dans le
    romain de Yasunari Kawabata, pourquoi la regarder à moitié éveillée en avril quand on
    peut la contempler belle, entourée et conquérante au mois de mai…

    Départs en Automne :
    • Du mercredi 11 au dimanche 22 octobre 2023 ( inscriptions ouvertes)
    Pourquoi partir en octobre ?

    Les températures redeviennent douces après les feux de l’été. La moiteur est
    remplacée par la fraîcheur, délicieuse comme le chant d’un ruisseau au petit matin. Nous
    découvrons des ambiances qui conservent la brillance et l’éclat de l’été. En octobre, la
    nature du Japon se repose et reprend son souffle après avoir fait croître le riz nourricier: la
    récolte (ikenari) peut commencer, l’archipel est apaisé. Les festivals et rituels dirigent la
    société vers la fin de l’année avec splendeur, couleurs et costumes. Tous ces mondes en
    petit se préparent à l’hiver, on quémande la protection des dieux dans les temples, on
    remercie pour les bonnes cultures, on savoure l’instant. L’automne au Japon, c’est la
    satisfaction de l’été.

    En octobre, différents festivals prennent place à Kyoto (et à Tokyo) dont le célèbre
    Awata Taisai que nous pouvons observer à Higashiyama. Cette procession transporte la
    divinité des lieux dans un omikoshi (autel portable) jusqu’à la rivière Shirakawa avant de
    revenir au temple, entourée (fait rare) de moines bouddhistes et de prêtres Shinto. Le plus
    spectaculaire des matsuri (festival-rituel), le Kasage Shinji, un rituel qui remonte au 6ème
    siècle, se déploie à toute vitesse dans le temple de Kamigamo. Ce rituel d’archerie
    équestre impressionne par l’agilité des cavaliers, la dimension spirituelle de chaque flèche
    et la folie raisonnable qu’il faut pour lancer sa monture ainsi sur une ligne étroite de
    graviers. Un peu partout, Octobre est un mois de célébrations du temps qui passe et des
    époques révolues que de nombreux japonaises et japonais font revivre avec une précision
    et une dévotion qui forcent l’admiration et déclenchent inévitablement l’émerveillement.
    Le mois d’Octobre ce sont également les spectacles de danse des apprenties
    Geisha, les Maiko. Ces danses colorées nous transportent aux origines rurales, courtisanes
    et shamarniques du monde des Geisha. Ces performances artistiques sont
    accompagnées par des musiciennes qui nous ouvrent les portes à une musique de cour
    rare, intemporelle, faite de raffinements pentatoniques.

    A Tokyo, deux événements retiennent notre attention, le festival de théâtre Noh
    dans les superbes jardins Shinjuku Gyoen, où des pièces sont jouées le soir sur des
    scènes décorées de torches enflammées – Shakespeare s’y serait régalé. Et la fête
    d’Halloween -of course- qui s’impose à la mégalopole pendant tout le mois, avec son lot
    d’excentricités et d’oranges mécaniques, le tout dans un métissage délirant avec la
    culture manga et cosplay.

    Pour toutes ces raisons, nous vous proposons résolument de vivre l’automne au
    Japon en octobre. Car si le Japon s’installe paisiblement au pied d’un arbre début
    octobre, c’est pour contempler ce qui a été accompli pendant l’été. Et nous serons à ses
    cotés, à l’écoute, les yeux grand ouverts.

    Envie de privatiser le voyage ? Demandez un devis ici pour privatiser le voyage

    5. Programme

    blank
    J1 - Départ pour le Japon

    Embarquement immédiat pour le Japon, direction Osaka ! Installez-vous confortablement dans votre siège pour l’une des plus longues connexions  depuis l’Europe.

    Pour minimiser les désagréments liés au décalage horaire, il est conseillé de prévoir un départ en matinée (J1) pour atterrir le lendemain matin à Osaka (J2). A votre arrivée, nous avons prévu quelques heures pour vous installer dans votre hôtel et vous reposer avant le début des visites car votre nuit aura été courte. Nous vous conseillons les compagnies Finnair et Lufthansa pour vos vols car celles-ci offrent les horaires les plus confortables, même avec une escale, à un tarif très économique. Air France propose également des vols sans escale mais les horaires sont, selon nous, moins convenables et les tarifs plus élevés.

    Pour information, les vols internationaux ne sont pas inclus dans le tarif du voyage organisé. À votre demande, nous pouvons nous charger de leur réservation.

    J2 - Arrivée à Kyoto

    Vous découvrirez que le Jour 2 a été pensé en conséquence du décalage horaire. Afin de pleinement profiter du reste du séjour, il est important de s’acclimater à l’heure japonaise, de se reposer, de prendre le temps de s’installer. 

    Une fois que tout le monde aura eu le temps d’arriver à son aise, le soir nous irons nous balader le long de la Kamo-Gawa de Kyoto, la rivière aux canards, histoire de nous imprégner de l’ambiance japonaise et de faire plus ample connaissance avec Régis et les autres voyageurs.ge.

     Trajet Osaka-Kyoto, installation à l’hôtel, nuit à Kyoto.

    J3 - Sérénité traditionnelle

    Nous commencerons par le quartier de Gion, l’un des quartiers historiques au coeur de Kyoto. Ce quartier est très connu pour les Geisha et Maiko (apprenties Geisha) qui y exercent leurs arts. Introduction détaillée au monde des Geisha, rencontres…

    Direction ensuite le sanctuaire shinto de Yasaka-jinja, (dédié à Susanô, dieu des océans). Nous nous laisserons envouter par les lanternes flottantes au gré du vent, accompagnées par le tintement des cloches que les visiteurs sonnent pour confier leurs prières aux divinités.

    Continuons au parc de Maruyama, souvent oublié et pourtant un incontournable havre de paix. Grandes étendues vertes et cerisiers centenaires, se ressourcer et admirer les arbres qui revêtent leurs couleurs saisonnières. Nous découvrons les lieux si particuliers entre les Japonais et la nature, animisme et monde végétal. 

    Pour terminer en beauté, le Kennin-ji, le plus ancien temple bouddhiste Zen, nous invite à la méditation. En sortant dans les jardins, la pureté du karesansui (jardin sec) nous saisit et le jardin de mousses présente l’art d’une nature maîtrisée et sacralisée.

     Nuit à Kyoto.

    J4 - Pavillon d'argent et Chemin de la philosophie

    À l’est de Kyoto, au bout d’un chemin bordé de hauts bambous et de camélias se trouve le pavillon d’argent, ou Ginkaku-ji en japonais. Magnifié par sa « mer d’argent » constituée de sable blanc et de graviers, ce temple impose sa majesté par sa modestie, une esthétique et une philosophie toute japonaise.

    Non loin du Ginkakuji, s’étend le long d’un petit canal le Tetsugaku no michi, bordé de centaines de sakura (cerisiers). Le chemin de la philosophie était autrefois emprunté par les lettrés et les moines pour favoriser la méditation, nous ferons de même en approfondissant notre connaissance de la société japonaise – en marchant. Au Printemps comme en Automne, les couleurs des cerisiers ou des érables chassent les agitations de l’esprit, 2 kilomètres inoubliables, une ballade intérieure.

     Nuit à Kyoto.

    J5 - Rencontre avec Inari et les shoguns

    Cap sur le sanctuaire de Fushimi-Inari-taisha, plus grand lieu de culte du pays dédié à la déesse renarde Inari. La célébrité du sanctuaire tient aux milliers de tori alignés les uns à la suite des autres comme un grand jeu de cartes spirituel. Sur quelques kilomètres, ces portails qui sont chacun une prière et une offrande aux dieux, nous transportent dans une ambiance spirituelle à travers la colline, alternant sanctuaires et forêts de bambous. Au bout de cette marche, le sommet nous livre une vue sur la vallée et un monde urbain unique dont nous apprendrons les grandes clés de lecture.

    Nous quittons ce lieu spirituel en direction du palais des shoguns du clan Tokugawa. Cette véritable forteresse a été créé pour être un symbole de prestige et de pouvoir. A la fois imposant et riche en détails décoratifs, le “Nijo-jo” est reconnu comme un véritable chef-d’oeuvre artistique et architectural par l’UNESCO. Entre le sol chantant et les pièces cachées, vous découvrirez tous les secrets de ces murs imprenables.

     Nuit à Kyoto.

    J6 - Journée dans la région de Nara

    Journée complète dédiée à cette ville du Japon dans laquelle se sont édifiées ses premières architectures et littératures importées de Chine avant qu’elles ne se réinventent avec originalité pour devenir pleinement japonaises. Les cerfs sika vivent en toute liberté dans la ville – nous les saluerons, pendant que le grand temple de Todai-ji en impose par sa statuaire colossale avec un bouddha en bronze coiffé par le plus grand bâtiment en bois au monde. Nara, ce sont aussi des jardins dits « zen » que nous traverserons avec la minutie et la délicatesse d’un jardinier dans son plan de roses. 

     Nuit à Kyoto.

    J7 - Émerveillement et détente

    Au programme de cette journée, le temple Kinkaku-ji, le “pavillon d’or”. À l’entrée, le ticket calligraphié ainsi que l’allée de pins et d’érables nous immerge aussitôt dans la poésie du lieu. 

    L’eau de l’étang reflète à merveille la lumière dorée du pavillon, rendant l’édifice encore plus majestueux. S’il pleut, ce sont mille éclats à la surface de l’eau qui scintillent et pétillent d’un jaune précieux. Aménagé selon les codes de l’esthétique zen, celui-ci est pourtant bien loin de la sobriété habituelle bouddhique. De cette contradiction apparente, nous approfondissons notre découverte des canons esthétiques japonais. 

    Nous profitons ensuite d’un moment nature en visitant le Mont Kurama, où un village du même nom regroupe plusieurs temples sur ses flancs. Terminons par un Onsen, le bain traditionnel approvisionné par des eaux de sources chaudes sulfureuses réputées curatives. Les bains extérieurs nous confèrent un vue à couper le souffle sur la montagne alors que nous nous détendons.

     Nuit à Kyoto.

    J8 - Arashiyama et le temple Ten Ryuji

    La bambouseraie d’Arashiyama est une véritable forêt d’immenses bambous, dont leurs cimes atteignent plusieurs dizaines de mètres de haut. Différents chemins permettent de s’immerger au cœur d’une ambiance reposante, presque magique. Cette dense forêt au vert intense, laisse filtrer les rayons de soleil par beau temps, et, lorsque le vent souffle, les bambous produisent un chant mêlé de bruissements, de sifflements et grincements.

    Non loin de là, le temple zen Tenryu-ji constitue le premier des cinq grands temples de Kyoto. Mais si ce temple est apprécié pour ces enseignements zen, il est surtout célèbre pour ses jardins. Entre mousses sèches, gravier blanc, érables et pins, les jardins ont véritablement été pensés pour exhaler une beauté contenue et raffinée à chaque saison.

     Nuit à Kyoto.

    J9 - Départ pour la modernité

    Embarquons dans le Shinkansen et expérimentons le luxe des TGV japonais ; direction Tokyo ! 

    A Tokyo, nous commençons par le quartier Shinjuku, qui vibre 24h sur 25, véritable caléidoscope d’enseignes publicitaires. Appelé le wall-street tokyoïte, ce quartier de businessmen donne le vertige, et pas seulement pour ses inombrables grattes-ciel… 

    Ensuite, le Golden Gai est l’un des seuls quartiers du XXème siècle encore debout à Tokyo. C’est un petit coin aux constructions hétéroclytes, souvent d’un seul étage, le rez-de-chaussé abritant un petit bar. Ceux-ci sont donc minuscules, et proposent un nombre très limité de places ; entre 4 et 6 personnes peuvent s’assoir autour du comptoir. Aujourd’hui c’est devenu un lieu social, ou l’on se retrouve après le boulot pour boire un verre (ou plusieurs…) entre collègues.

     Trajet Kyoto-Tokyo, installation à l’hôtel, nuit à Tokyo.

    J10 - Tokyo, entre tradition et modernité

    C’est derrière un espace boisé au coeur de Tokyo que se trouve le sanctuaire shinto Meiji-Jingu. Etant l’un des plus symboliques de Tokyo, ce lieu, devenu un véritable oasis de tranquillité au sein de la bouillonnante mégalopole, fut bâti jadis en l’honneur de l’empereur Meiji et de son épouse et témoigne la reconnaissance des Japonais pour cet empereur. Le jardin compte en effet plus de cent mille arbres envoyés par des habitants de tout le pays pour honorer la mémoire de l’empereur. 

    Changement d’ambiance à Harajuku, où la fameuse rue piétonne de Takeshita-dori respire l’excentricité et attire les jeunes de Tokyo et du monde entier ! Du Kawaii au rétro-punk, ici les fans de cosplay (déguisements), de mangas, groupe de rock ou simplement d’anticonformisme, sont dans leur élément. Même si ce n’est pas votre style, le spectacle et l’ambiance en valent le détour: c’est un laboratoire d’apparences adolescent, incandescent et fluorescent. 

    Nous terminons la journée au Tochomae building pour regarder le Mont Fuji. Il parait que seul ceux qui s’y rendent peuvent comprendre l’intensité de la vue. Tokyo s’étend à perte de vue dans un espace humanisé aux lignes claires jusqu’aux pentes tendres du Mont Fuji qui domine la baie et nous rappelle que nous ne possédons pas le temps mais que nous le vivons simplement à nos échelles, le temps d’un voyage. 

     Nuit à Tokyo.

    J11 - Central Street, Asakusa et Meguro

    Shibuya, c’est un immense passage piéton, qui pendant 55 secondes, devient un joyeux chaos organisé, ce sont les magasins de mode par centaine, les enseignes lumineuses et les écrans géants, c’est une ambiance jeune et bouillonnante, la musique partout dans les rues. Le meilleur moyen pour explorer, c’est de s’y perdre, tant le quartier est riche en activités, loisirs et découvertes. 

    Allons ensuite découvrir Meguro, “l’oeil noir” de Tokyo. Pas loin du centre de la capitale et ses excentricités, se trouve un quartier tranquille et familial. Un havre de paix où la rivière bordée de cerisiers et les vastes espaces verts de l’Institut d’Étude de la nature contrastent avec le fourmillement de Shibuya.

    De l’autre côté de Tokyo, le quartier traditionnel d’Asakusa abrite lui le temple Senso-ji, le plus vieux temple bouddhiste de la capitale. Le sanctuaire en lui-même est imposant puisqu’il s’agit de tout un complexe bouddhique qui englobe des rues entières du quartier d’Asakusa. L’entrée est un impressionnant portail, la Kaminarimon (« Porte du tonnerre »), auquel est suspendue la plus grande lanterne en papier du Japon, qui pèse pas moins de 700 kg et est ainsi devenu un symbole du quartier. 

    Repas de cloture au Skytree, une imposante tour de lumière depuis laquelle nous partagerons un dernier moment autour d’un repas dans ce pays déroutant mais tellement attachant.

     Nuit à Tokyo.

    J12 - Retour du Japon - Tokyo Narita

    Selon l’heure de votre vol, profitez de vos derniers instants sur place pour dénicher le cadeau parfait, puis embarquez dans votre bus-limousine en direction de l’aéroport de Narita avec dans vos bagages de bons souvenirs, de belles photos et l’impression indélébile d’avoir vécu un automne au Japon et d’avoir comme le dit le proverbe « ajouté à nos vies. »

     Trajet Tokyo-Narita et vol retour

    Afin de maximiser l’expérience, il est important de pouvoir saisir les occasions quand elles se présentent à nous. Pensé dans cette optique, ce circuit accompagné peut se voir permuter certaines activités pour éviter une zone de pluie ou saisir l’occasion d’assister à un rituel religieux qui vient d’être annoncé.

    Programme du voyage accompagné au Japon

    Afin de maximiser l’expérience, il est important de pouvoir saisir les occasions quand elles se présentent à nous. Pensé dans cette optique, ce circuit accompagné peut se voir permuter certaines activités pour éviter une zone de pluie ou saisir l’occasion d’assister à un rituel religieux qui vient d’être annoncé.

    jour 1 :

    Départ pour le Japon

    Embarquement immédiat pour le Japon, direction Osaka ! Installez-vous confortablement dans votre siège pour l’une des plus longues connexions depuis l’Europe.

    Pour minimiser les désagréments liés au décalage horaire, il est conseillé de prévoir un départ en matinée (J1) pour atterrir le lendemain matin à Osaka (J2). À votre arrivée, nous avons prévu quelques heures pour vous installer dans votre hôtel et vous reposer avant le début des visites car votre nuit aura été courte. Nous vous conseillons les compagnies Finnair et Lufthansa pour vos vols car celles-ci offrent les horaires les plus confortables, même avec une escale, à un tarif très économique. Air France propose également des vols sans escale mais les horaires sont, selon nous, moins convenables et les tarifs plus élevés.

    Pour information, les vols internationaux ne sont pas inclus dans le tarif du voyage organisé. A votre demande, nous pouvons nous charger de leur réservation.

    jour 2 :

    Arrivée à Kyoto

    Vous découvrirez que le Jour 2 a été pensé en conséquence du décalage horaire. Afin de pleinement profiter du reste du séjour, il est important de s’acclimater à l’heure japonaise, de se reposer, de prendre le temps de s’installer. 

    Une fois que tout le monde aura eu le temps d’arriver à son aise, le soir nous irons nous balader le long de la Kamo-Gawa de Kyoto, la rivière aux canards, histoire de nous imprégner de l’ambiance japonaise et de faire plus ample connaissance avec Régis et les autres voyageurs.

     Trajet Osaka-Kyoto, installation à l’hôtel, nuit à Kyoto.

    jour 3 :

    Sérénité traditionnelle

    Nous commencerons par le quartier de Gion, l’un des quartiers historiques au coeur de Kyoto. Ce quartier est aujourd’hui très connu pour la présence de Geisha et Maiko (apprenties Geisha) qui y exercent leurs arts. Introduction détaillée au monde des Geisha, rencontres… 

    Direction ensuite le sanctuaire shinto Yasaka-jinja, (dédié à Susanô, dieu des océans). Nous nous laisserons envouter par les lanternes flottantes au gré du vent, accompagnées par le tintement des cloches que les visiteurs sonnent pour confier leurs prières aux divinités.

     Continuons au parc de Maruyama, souvent oublié et pourtant un incontournable havre de paix. Grandes étendues vertes et cerisiers centenaires, se ressourcer et admirer les arbres qui revêtent leurs couleurs saisonnières. Nous découvrons les lieux si particuliers entre les Japonais et la nature, animisme et monde végétal.

    Pour terminer en beauté, le Kennin-ji, le plus ancien temple bouddhiste Zen, nous invite à la méditation. En sortant dans les jardins, la pureté du karesansui (jardin sec) vous saisit et le jardin de mousses présente l’art d’une nature maîtrisée et sacralisée.

     Nuit à Kyoto.

    jour 4 :

    Du Pavillon d’argent au Chemin de la philosophie

    A l’est de Kyoto, au bout d’un chemin bordé de hauts bambous et de camélias se trouve le pavillon d’argent, ou Ginkaku-ji en japonais. Magnifié par sa « mer d’argent » constituée de sable blanc et de graviers, ce temple impose sa majesté par sa modestie, une esthétique et une philosophie toute japonaise.

    Non loin du Ginkakuji, s’étend le long d’un petit canal le Tetsugaku no michi, bordé de centaines de sakura (cerisiers). Le chemin de la philosophie était autrefois emprunté par les lettrés et les moines pour favoriser la méditation, nous ferons de même en approfondissant notre connaissance de la société japonaise – en marchant. Au Printemps comme en Automne, les couleurs des cerisiers ou des érables chassent les agitations de l’esprit, 2 kilomètres inoubliables, une ballade intérieure.

     Nuit à Kyoto.

    jour 5 :

    Rencontre avec Inari et les shoguns

    Cap sur le sanctuaire de Fushimi-Inari-taisha, plus grand lieu de culte du pays dédié à la déesse renarde Inari. La célébrité du sanctuaire tient aux milliers de tori alignés les uns à la suite des autres comme un grand jeu de cartes spirituel. Sur quelques kilomètres, ces portails qui sont chacun une prière et une offrande aux dieux, nous transportent dans une ambiance spirituelle à travers la colline, alternant sanctuaires et forêts de bambous. Au bout de cette marche, le sommet nous livre une vue sur la vallée et un monde urbain unique dont nous apprendrons les grandes clés de lecture.

    Nous quittons ce lieu spirituel en direction du palais des shoguns du clan Tokugawa. Cette véritable forteresse a été créé pour être un symbole de prestige et de pouvoir. A la fois imposant et riche en détails décoratifs, le “Nijo-jo” est reconnu comme un véritable chef-d’oeuvre artistique et architectural par l’UNESCO. Entre le sol chantant et les pièces cachées, vous découvrirez tous les secrets de ces murs imprenables.

     Nuit à Kyoto.

    jour 6 :

    Journée dans la région de Nara

    Journée complète dédiée à cette ville du Japon dans laquelle se sont édifiées ses premières architectures et littératures importées de Chine avant qu’elles ne se réinventent avec originalité pour devenir pleinement japonaises. Les cerfs sika vivent en toute liberté dans la ville – nous les saluerons, pendant que le grand temple de Todai-ji en impose par sa statuaire colossale avec un bouddha en bronze coiffé par le plus grand bâtiment en bois au monde. Nara, ce sont aussi des jardins dits « zen » que nous traverserons avec la minutie et la délicatesse d’un jardinier dans son plan de roses.

     Nuit à Kyoto.

    jour 7 :

    Emerveillement et détente

    Au programme de cette journée, le temple Kinkaku-ji, le “pavillon d’or”. À l’entrée, le ticket calligraphié ainsi que l’allée de pins et d’érables nous immerge aussitôt dans la poésie du lieu. 

    L’eau de l’étang reflète à merveille la lumière dorée du pavillon, rendant l’édifice encore plus majestueux. S’il pleut, ce sont mille éclats à la surface de l’eau qui scintillent et pétillent d’un jaune précieux. Aménagé selon les codes de l’esthétique zen, celui-ci est pourtant bien loin de la sobriété habituelle bouddhique. De cette contradiction apparente, nous approfondissons notre découverte des canons esthétiques japonais. 

    Nous profitons ensuite d’un moment nature en visitant le Mont Kurama, où un village du même nom regroupe plusieurs temples sur ses flancs. Terminons par un Onsen, le bain traditionnel approvisionné par des eaux de sources chaudes sulfureuses réputées curatives. Les bains extérieurs nous confèrent un vue à couper le souffle sur la montagne alors que nous nous détendons.

     Nuit à Kyoto.

    jour 8 :

    Arashiyama et le temple Ten Ryuji

    La bambouseraie d’Arashiyama est une véritable forêt d’immenses bambous, dont leurs cimes atteignent plusieurs dizaines de mètres de haut. Différents chemins permettent de s’immerger au cœur d’une ambiance reposante, presque magique. Cette dense forêt au vert intense, laisse filtrer les rayons de soleil par beau temps, et, lorsque le vent souffle, les bambous produisent un chant mêlé de bruissements, de sifflements et grincements.

    Non loin de là, le temple zen Tenryu-ji constitue le premier des cinq grands temples de Kyoto. Mais si ce temple est apprécié pour ces enseignements zen, il est surtout célèbre pour ses jardins. Entre mousses sèches, gravier blanc, érables et pins, les jardins ont véritablement été pensés pour exhaler une beauté contenue et raffinée à chaque saison.

     Nuit à Kyoto.

    jour 9 :

    Départ pour la modernité

    Embarquons dans le Shinkansen et expérimentons le luxe des TGV japonais ; direction Tokyo ! 

    A Tokyo, nous commençons par le quartier Shinjuku, qui vibre 24h sur 25, véritable caléïdoscope d’enseignes publicitaires. Appelé le wall-street tokyoïte, ce quartier de businessmen donne le vertige avec ses innombrables grattes-ciel et une architecture labyrinthique.

    Ensuite, le Golden Gai est l’un des seuls quartiers du XIXème siècle encore debout à Tokyo. C’est un petit coin aux constructions hétéroclites, souvent d’un seul étage, le rez-de-chaussée abritant un petit bar. Ceux-ci sont donc minuscules, et proposent un nombre très limité de places ; entre 4 et 6 personnes peuvent s’assoir autour du comptoir. 

    Aujourd’hui c’est devenu un lieu social, ou l’on se retrouve après le boulot pour boire un verre entre collègues et parler de la vie et des questions qui nous animent.

     Trajet Kyoto-Tokyo, installation à l’hôtel et nuit à Tokyo.

    jour 10 :

    Tokyo, entre traditions et modernité

    C’est derrière un espace boisé au coeur de Tokyo que se trouve le sanctuaire shinto Meiji-Jingu. Etant l’un des plus symboliques de Tokyo, ce lieu, devenu un véritable oasis de tranquillité au sein de la bouillonnante mégalopole, fut bâti jadis en l’honneur de l’empereur Meiji et de son épouse et témoigne la reconnaissance des Japonais pour cet empereur. Le jardin compte en effet plus de cent mille arbres envoyés par des habitants de tout le pays pour honorer la mémoire de l’empereur. 

    Changement d’ambiance à Harajuku, où la fameuse rue piétonne de Takeshita-dori respire l’excentricité et attire les jeunes de Tokyo et du monde entier ! Du Kawaii au rétro-punk, ici les fans de cosplay (déguisements), de mangas, groupe de rock ou simplement d’anticonformisme, sont dans leur élément. Même si ce n’est pas votre style, le spectacle et l’ambiance en valent le détour: c’est un laboratoire d’apparences adolescent, incandescent et fluorescent.

    Nous terminons la journée au Tochomae building pour regarder le Mont Fuji. Il parait que seul ceux qui s’y rendent peuvent comprendre l’intensité de la vue. Tokyo s’étend à perte de vue dans un espace humanisé aux lignes claires jusqu’aux pentes tendres du Mont Fuji qui domine la baie et nous rappelle que nous ne possédons pas le temps mais que nous le vivons simplement à nos échelles, le temps d’un voyage.

     Nuit à Tokyo.

    jour 11 :

    Central Street, Asakusa et Meguro

    Shibuya, c’est un immense passage piéton, qui pendant 55 secondes, devient un joyeux chaos organisé, ce sont les magasins de mode par centaine, les enseignes lumineuses et les écrans géants, c’est une ambiance jeune et bouillonnante, la musique partout dans les rues. Le meilleur moyen pour explorer, c’est de s’y perdre, tant le quartier est riche en activités, loisirs et découvertes. 

    Allons ensuite découvrir Meguro, “l’oeil noir” de Tokyo. Pas loin du centre de la capitale et ses excentricités, se trouve un quartier tranquille et familial. Un havre de paix où la rivière bordée de cerisiers et les vastes espaces verts de l’Institut d’Étude de la nature contrastent avec le fourmillement de Shibuya.

    De l’autre côté de Tokyo, le quartier traditionnel d’Asakusa abrite lui le temple Senso-ji, le plus vieux temple bouddhiste de la capitale. Le sanctuaire en lui-même est imposant puisqu’il s’agit de tout un complexe bouddhique qui englobe des rues entières du quartier d’Asakusa. L’entrée est un impressionnant portail, la Kaminarimon (« Porte du tonnerre »), auquel est suspendue la plus grande lanterne en papier du Japon, qui pèse pas moins de 700 kg et est ainsi devenu un symbole du quartier. 

    Repas de cloture au Skytree, une imposante tour de lumière depuis laquelle nous partagerons un dernier moment autour d’un repas dans ce pays déroutant mais tellement attachant.

     Nuit à Tokyo.

    jour 12 :

    Retour du Japon – Tokyo Narita

    Selon l’heure de votre vol, profitez de vos derniers instants sur place pour dénicher le cadeau parfait, puis embarquez dans votre bus-limousine en direction de l’aéroport de Narita avec dans vos bagages de bons souvenirs, de belles photos et l’impression indélébile d’avoir vécu de vraies rencontres au Japon et d’avoir comme le dit le proverbe « ajouté à nos vies. »

     Trajet Tokyo-Narita et vol retour

    Tarif

    Ce qui est inclus :

    • Les transferts entre les aéroports et les hôtels
    • La neutralité carbone
    • 7 nuitées dans l’hôtel 3* Kyoto Inn Gion et 3 nuitées dans l’hôtel 3* Tokyo Ibis Shinjuku
    • Une chambre individuelle (réduction possible pour chambre double ou twin, montant disponible sur demande)
    • La demi-pension (petit-déjeuners et déjeuners) hors boissons
    • Le train Shinkansen ainsi que les trajets en transport en commun pour les visites programmées
    • Les entrées aux sites mentionnés dans le circuit ainsi que l’accès privatif au Onsen à Kurama
    • L’accompagnement de votre guide conférencier durant tout votre séjour
    • Les frais de service et taxe de séjour touristique

    Ce qui n’est pas inclus :

    • Les vols internationaux pour se rendre au Japon et les taxes afférentes. Par exemple, pour des vols Paris-Osaka et Tokyo-Paris avec Air France, il faut compter +/- 950 € par personne bagage en soute inclus.
    • Les diners* compter entre 15€ et 35€ par personne par dîner
    • Les boissons
    • Vos dépenses personnelles

     

     *Pourquoi les diners ne sont-ils pas inclus ? Par expérience, nous constatons que les voyageurs aiment profiter d’un peu plus d’intimité et de liberté à la fin de la journée. Ceci dit, Régis reste toujours là pour vous conseiller sur les bonnes adresses ou vous accompagner pour diner.

     

     

     

    En option :

    • Possibilité d’inclure les vols internationaux Europe-Osaka et Tokyo-Europe – Le tarif varie en fonction de la ville de départ et de retour.
    • Les assurances (annulation et voyage – non obligatoires mais vivement conseillées)
    • Zashiki : soirée banquet en compagnie d’une Geisha et d’une Maiko du quartier du Miyagawacho organisée dans une maison de thé de manière privative et exclusive avec concert de musique traditionnel, anciens jeux de société et repas –  550€ par personne. Infos détaillées sur demande.
    Voyages d'un Soir - ©️ Régis Defurnaux

    6. Tarif

    Ce qui est inclus
    • Les transferts entre les aéroports et les hôtels
    • 7 nuitées dans l’hôtel 3* Kyoto Inn Gion et 3 nuitées dans l’hôtel 3* Tokyo Ibis Shinjuku
    • Une chambre individuelle (réduction possible pour chambre double ou twin, montant disponible sur demande)
    • La demi-pension (petit-déjeuners et déjeuners) hors boissons
    • Le train Shinkansen ainsi que les trajets en transport en commun pour les visites programmées
    • Les entrées aux sites mentionnés dans le programme ainsi que l’accès privatif au Onsen à Kurama
    • L’accompagnement de votre guide conférencier durant tout votre séjour
    • Les frais de service et taxe de séjour touristique
    Ce qui n'est pas inclus
    • Les vols internationaux pour se rendre au Japon et les taxes afférentes. Par exemple, pour des vols Paris-Osaka et Tokyo-Paris avec Air France, il faut compter +/- 950 € par personne bagage en soute inclus.
    • Les dîners* compter entre 15€ et 35€ par personne par dîner
    • Les boissons
    • Vos dépenses personnelles

     *Pourquoi les diners ne sont-ils pas inclus ? Par expérience, nous constatons que les voyageurs aiment profiter d’un peu plus d’intimité et de liberté à la fin de la journée. Ceci dit, Régis reste toujours là pour vous conseiller sur les bonnes adresses ou vous accompagner pour diner.

    En option
    • Possibilité d’inclure les vols internationaux Europe-Osaka et Tokyo-Europe – Le tarif varie en fonction de la ville de départ et de retour.
    • Les assurances (annulation et voyage – non obligatoires mais vivement conseillées)
    • Zashiki : soirée banquet en compagnie d’une Geisha et d’une Maiko du quartier du Miyagawacho organisée dans une maison de thé de manière privative et exclusive avec concert de musique traditionnel, anciens jeux de société et repas –  550€ par personne. Infos détaillées sur demande.

    Voyages d'un Soir - ©️ Régis Defurnaux

    Voyages d’un Soir – ©️ Régis Defurnaux

    Nous contacter